REVIEW – MAES – LES DERNIERS SALOPARDS (Analyse de l’album)

L’artiste sevranais a dévoilé son deuxième album, les Derniers Salopards, le vendredi 17
janvier.

Après le succès de ses mixtapes « Réel Vie » puis de son premier album « Pure », et les succès de  « Madrina » ou « Billets verts », Maes avait à cœur de donner une suite à cette discographie sans fausses notes et c’est désormais chose faite avec « Les derniers salopards ». Jusqu’à la sortie du projet, le rappeur aura tenu ses fans en haleine, dans un premier temps avec les deux solides extraits que sont « Street » et « Distant » en featuring avec Ninho. Mais aussi avec les échanges sur Instagram avec Booba concernant sa présence sur le disque et que l’on retrouvera sur la tracklist de l’album en compagnie de Jul en guise de cerise sur le gâteau.

Tous les éléments étaient donc réunis pour la sortie d’un des albums les plus attendus de ce début d’année. Le rappeur sevrannais a offert à son public un projet copieux à l’image du festin de sa pochette signé Fifou. Si le cap du deuxième album est difficile à franchir pour de nombreux artistes, ce n’est pas le cas pour Maes qui réussit à se dévoiler en multipliant les registres mais tout en gardant un fil conducteur avec les thèmes qu’il aborde depuis le début de sa carrière. On peut le retrouver énervé dans « Elvira » et « À côté de moi » mais aussi plus adouci sur les ballades que sont « Mémoire » et « Police ». Sans oublier des titres comme « Dragovic »,
« Les gens disent » et « Marco Polo » où le kickage est au rendez-vous.

View this post on Instagram

L E S D E R N I E R S S A L O P A R D S

A post shared by Maes LDS (@maes_packm) on

Mais s’il y a un domaine où Maes excelle, c’est quand il pousse la chansonnette et ce deuxième album ne fait pas exception à la règle. Si les hits « Street » et « Distant » en compagnie de Ninho ont été validé en grande majorité, « Blanche » avec Booba et « Dybala » en featuring avec Jul vont affoler les compteurs des plateformes de streaming ces prochaines semaines. Si les détracteurs soulignent le manque de prise de risque avec ce genre de tubes, le rappeur de la cité des Beaudottes continue d’appliquer une recette qui lui a apporté de nombreuses certifications par le passé.

Avec ce deuxième album, Maes qui était attendu au tournant confirme un peu plus son statut au sein du rap français, lui que l’on a pu apercevoir régulièrement aux côtés d’autres rappeurs comme Dosseh, Niro, PLK ou plus récemment Vald. Pour accompagner ce projet, le rappeur a également annoncé une tournée dans toute la France avec notamment un Olympia prévu pour le 10 avril 2020.

L’album « Les derniers Salopards » de Maes est disponible sur toutes les plateformes de téléchargements, et en physique dans toute la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.