Un policier fait preuve de violence et de propos homophobes, L’IGPN est saisie pour apporter une sanction

Les violences policières sont, malheureusement, devenues quotidiennes dans les informations depuis quelque temps. Bien que certains policiers fassent encore leur travail correctement, nombreux sont ceux qui dépassent les limites envers les citoyens. C’était encore le cas lundi 22 février dans le 18e arrondissement parisien.

Des violences policières récurrentes

Manifestations contre les violences policières, Black lives matter ou encore la « Haine anti-flic »… On dirait bien que le dialogue entre les citoyens et les policiers est totalement rompu. De plus en plus de personnes libèrent leurs paroles face à des violences policières tout autant physiques que verbales. Et chaque semaine, un nouvel événement fait la une. Aujourd’hui, c’est une vidéo postée sur Twitter ce matin qui fait parler. On y aperçoit un policier s’étant rendu dans le 18e arrondissement de Paris lundi soir pour stopper le tournage d’un clip pendant les heures de couvre-feu.

À lire également : ADEMO DU GROUPE PNL SE FAIT EMBARQUER PAR LA POLICE APRÈS UNE INTERVENTION MUSCLÉE ! [VIDÉO]

Des propos homophobes qui choquent la toile

Le policier et un de ses collègues interpellent un jeune homme de manière plus que virulente. Collé au mur, l’homme demande aux policiers de cesser de le malmener. Cependant, rien n’y fait et les insultes fusent. Parmi elles, « T’es pas un homme toi, t’es qu’un petit pédé » ou encore « Ferme ta gueule, t’es qu’un petit pédé ». Le policier insiste bien sur les insultes homophobes, ce qui n’a pas échappé aux internautes très en colères. L’homme est ensuite traîné de force hors du champ de la caméra.

Choqués par les propos tenus, les internautes ont demandé quelle était la suite de cette histoire. La préfecture de police de Paris a alors tweeté en avertissant qu’elle avait fait saisir l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). L’association SOS Homophobie, tout comme les internautes, attend les sanctions prononcées par l’IGPN.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.