Bella Hadid

Le top model Bella Hadid estime avoir perdu des contrats à cause de son soutien à la cause palestinienne

« Il y a eu énormément de marques qui ont cessé de travailler avec moi. Beaucoup d’amis m’ont également tourné le dos. » Ce sont les mots du top model Bella Hadid. Invitée à prendre la parole par la journaliste et activiste Noor Tagouri, dans son podcast « Rep », la mannequin a indiqué que son soutien à la cause palestinienne avait des répercussions sur sa carrière. Pour autant, elle ne compte pas mettre fin à son engagement.

Bella Hadid a 25 ans et vit en Californie. Elle est la fille de Mohamed Hadid, promoteur immobilier palestinien, et de Yolanda Hadid, mannequin néerlandaise. Ses parents ont divorcé en 2000 et la jeune femme se souvient avoir eu le sentiment d’être « arrachée » au côté palestinien de sa famille. C’est naturellement par le biais des réseaux sociaux (elle compte 54 millions d’abonnés sur Instagram) qu’elle affiche son soutien à la Palestine.

À LIRE ÉGALEMENT: Entre la mannequin Jordan Ozuna et Karim Benzema c’est l’amour fou en story Instagram [PHOTOS] 

Parmi ses messages publiés sur la toile, Bella Hadid a notamment partagé une lettre dénonçant « l’apartheid » de l’État hébreu. Lors de la dernière Fashion week, elle et sa sœur, Gigi Hadid, également mannequin, ont signifié vouloir faire don de leurs chèques à des associations d’aide à l’Ukraine et à la cause palestinienne. En juillet 2021, l’un de ses posts avait été supprimé d’Instagram. Elle avait publié le passeport de son père et avait ajouté le message « Je suis fière d’être Palestinienne ». « Quand je parle de la Palestine, on me colle des étiquettes de choses que je ne suis pas. Mais je peux parler d’une situation similaire à ce qui se passe là-bas ou ailleurs dans le monde, et c’est respectable. Alors, quelle est la différence », avait-elle questionné, quelques jours plus tôt, dans un podcast « Rep ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.