Retour sur l’album « Stamina » de Dinos avec Nekfeu en invité surprise

Dinos a sorti cette semaine son dernier album nommé « Stamina« . Le rappeur du 93 a fait ses classes sous le nom de Dinos Punchlinovic avec des projets comme « L’alchimiste » ou « Apparences« , projets dans lesquelles l’artiste se cherchait. C’est après une pause de trois ans, en 2018, que Dinos reviendra avec un projet abouti intitulé « Imany » après une réédition, il sortira ensuite « Taciturne » qui aura lui aussi le droit à sa réédition. C’est avec ces deux projets que le rappeur trouvera le style mélangeant mélancolie technique et punchline qui le définit aujourd’hui. L’attente autour de « Stamina » était longue mais la bête cachée réserve bien des surprises.

La stratégie des featurings cachés

Tout d’abord, avant la sortie du projet un seul feat était annoncé, il s’agissait de Laylow. Dinos et son équipe ont joué la carte des featurings cachés pour créer l’engouement autour de la sortie de l’album. Cela n’a pas raté. En effet Nekfeu était l’un des invités cachés de « Stamina » et la complémentarité et le passe-passe entre les deux artistes a énormément plu aux auditeurs. Tout le monde en a parlé dès la sortie du projet. Point noir de l’opération, les médias spécialisés ont relayé l’information trop rapidement, gâchant ainsi l’expérience musicale de beaucoup de fans. Nekfeu et Dinos n’en sont pas à leur coup d’essai. Les deux avaient déjà collaboré en 2013 sur le morceau « Bouchées Triples« . En plus de Nekfeu, Zikxo, Tayc, Leto, Da Uzi et Zefor sont a retrouver en invités sur l’album.

La mélancolie comme marque de fabrique ?

« Stamina » mélange plusieurs thèmes que l’on retrouve maintenant depuis un moment dans l’art de Dinos. La première est la mélancolie dont il fait preuve. En effet, la nostalgie est l’une des inspirations première de Dinos. La recherche permanente d’un passé où tout allait mieux qu’aujourd’hui. Cette tristesse ambiante est certainement causée par la perte de la fille dont il était amoureux autrefois. Tout un champ lexical sur l’amour, les relations et les sentiments s’ouvrent donc tout au long du projet.

La fuite du quartier

Cette espèce de ras-le-bol de la part de Dinos vient aussi de l’environnement dans lequel il a grandi. Le rappeur est originaire de la Courneuve dans le 93. Il raconte dans son album les galères qu’il a rencontré étant plus jeune, la difficulté pour se faire une place dans la société lorsque l’on vient de ce milieu social ainsi que la pauvreté.

L’envie d’ailleurs ou le retour aux sources ?

Face à ce ras-le-bol, l’envie de voir ailleurs est donc l’option logique. Dinos nous fait voyager dans cet album. Le rappeur a visité le Brésil et semble être inspiré par ce pays car il nous balance quelques mots en portugais dans « Stamina » comme dans les morceaux « Paranoïaque » et « Maman m’aime » avec Da Uzi. Une chose qui inspire également beaucoup Dinos, ce sont ses racines camerounaises et plus globalement le continent Africain. Il y dénonce les injustices, la façon dont les pays occident profitent des terres mais aussi et surtout son souhait de faire avancer les choses. Le rêve et l’évasion par l’imaginaire sont également des thèmes récurrents dans l’album.

Enfin une réussite mainstream ?

La recette de la musique de Dinos détaillée plus haut ont fait sa réussite. Le public l’attend désormais sur ce registre qui lui est propre. Si les deux précédents projets de Dinos « Imany » et « Taciturne » n’ont pas connu immédiatement un franc succès (Il a fallu une réédition à taciturne pour être certifié disque d’or), « Stamina » lui est une réussite. L’album réalise le 11ème meilleur démarrage de l’année en 24h avec 3 619 700 streams. 7 titres du projet se placent dans le top 10 France avec en beau numéro 1, le morceau « Moins Un » avec Nekfeu. Le projet est l’aboutissement de beaucoup d’années de travail et de patience. L’album est complet et répond aux attentes du grand public. « Stamina« , le dernier album de Dinos est disponible partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Radio Arts-Mada - "Besoin des artistes"