Retour sur Validé, la dernière série événement de Canal+ sur le rap français

Analyse de la nouvelle série Canal+ intitulé « Validé » abordant le rap français et ses coulisses.

Disponible depuis le 20 mars sur la chaîne cryptée, la série « Validé » réalisée par Franck Gastambide traitant du rap et de ses coulisses a rencontré un franc succès auprès du public. Il faut dire que le passage en clair de Canal+ en cette période de confinement a permis une mise en lumière de choix sur ces programmes et cela a eu un impact plus que positif. En effet, la série a eu le droit à un démarrage exceptionnel avec plus de 6 millions de visionnages en seulement 5 jours. Il faut dire que les petits plats ont été mis dans les grands afin d’en faire un des cartons de cette année 2020 mais une piqûre de rappel à propos du synopsis est essentielle afin de comprendre la série.

Une ascension fulgurante

L’histoire tourne autour de Clément (interprété par Hatik), un jeune rappeur dans le trafic de drogues qui va devenir une superstar du jour au lendemain à la suite d’un freestyle dans l’émission Planète Rap de son idole Mastar (Sam’s) alors considéré comme le numéro un du rap français. Après ce buzz fulgurant, Clément que l’on appelle désormais Apash va découvrir l’envers du décor de ce « rap game » aux côtés de son cousin Brahim et de son ami William improvisé manager. Les trois compères vont alors découvrir un monde composé de strass et paillettes mais aussi un univers sans foi ni loi où se mêlent maisons de disques, clashs et les personnes extérieures qui désirent leur part du gâteau. Épaulé par Inès et DJ SNO, Apash va devoir lutter contre son idole désormais rival accompagné de son protégé Carnage joué par Bosh mais aussi faire face à Mounir qui aidait le jeune rappeur lorsqu’il était dans le besoin.

Un casting de choix

Le réalisateur de « Pattaya » et de « Taxi 5 » a eu le nez creux au moment des auditions. Si personne n’a été surpris de la prestation de Sam’s qui est déjà apparu au cinéma dans de nombreux films comme « Patients » et « La vie scolaire », Hatik qui débute dans cet exercice a su porter la série tout au long des 10 épisodes et a su convaincre le public. À noter que l’interprétation de Bosh qui joue un rappeur très énervé (un peu trop même) a suscité de nombreux avis positifs sur la toile alors que ce n’était pas le plus attendu. Le rôle de Brahim a apporté un peu de légèreté dans les moments où la série devenait sérieuse. Pour donner du poids à la série, Franck Gastambide qui a également un rôle a fait appel à des acteurs confirmés comme Sabrina Ouazani qui joue une directrice artistique, Adel Bencherif, Hakim Jemili et Youssef Hajdi. Afin de donner de la crédibilité à la série, de nombreux rappeurs sont venus pour faire des courtes apparitions (trop courtes peut-être ?) : des poids lourds comme Ninho, Rim’K, Soprano et Lacrim mais aussi des anciennes gloires comme Kool Shen, Busta Flex, Cut Killer et Mac Tyer sans oublier S.Pri Noir et Gringe pour ne citer qu’eux. Des spécialistes du milieu comme Fred Musa, Laurent Bouneau, Pascal Cefran, Fif de Booska-P, Rachid Majdoub de Konbini n’ont pas hésité à répondre présents tout comme Cyril Hanouna et sa bande de chroniqueurs et ce sont tous ces éléments qui donnent de la crédibilité à la série.

Un milieu parfaitement reproduit

La force de la série est sa représentation plus que réaliste des acteurs du rap et du show-business, Sam’s disait en interview que le personnage de Mastar avait été inspiré de Booba, Gims, Rohff et Lacrim et les guests présents ont renforcé ce point. De plus, des lieux comme le studio de l’émission Planète Rap de Skyrock ou de l’After Rap de Mouv’ sont des endroits désormais reconnaissables des passionnés. Le réalisateur a su décrire avec précision les dessous du monde la musique avec les contrats des labels, leurs stratégies autour des artistes les streams et les leaks. Le rap est très bien décrit avec de nombreux clins d’œil à ces protagonistes comme la Mafia K’1 Fry, NTM, Booba, on a pu souligner de nombreuses références directs comme le premier clip d’Apash qui est fortement inspiré de « Toka » de Sofiane et « GPS » de Rim’K mais aussi son premier concert où toutes ses places ont été achetés par son ennemi à l’image de 50 Cent qui avait joué un mauvais tour à Ja Rule. Ce qui peut être reproché à la série est son enchaînement rapide des intrigues qui auraient pu être approfondies au fur et à mesure des épisodes, de plus, la relation entre Apash et la jeune chanteuse Louise (interprétée par Liv Del Estal, ex-candidate de The Voice) n’a été que très peu exploitée.

Une saison 2 dans les tuyaux

Alors que le final de la saison 1 en a laisse plus d’un sans voix, Franck Gastambide a d’ores et déjà annoncé une suite sur Twitter en réponse à la question d’un internaute et selon ses termes, « il sera à nouveau question d’Apash ». La série a eu un impact plus que positif sur ces acteurs, Hatik a vu sa côte de popularité augmenter avec un nombre de streams qui est passé de 200.000 écoutes à 700.000 plus un nombre d’abonnés sur les réseaux qui ne cessent de grimper, une bonne publicité pour son dernier projet « Chaise Pliante 2 » sorti récemment. Même son de cloche pour Bosh qui a sorti ce vendredi son album intitulé « Synkinisi ».

Avec le succès de la série, la suite s’annonce prometteuse et les fans ne manqueront pas d’être au rendez-vous pour la deuxième saison avec une nouvelle histoire ou la continuité des aventures d’Apash et sa bande. La série est toujours disponible à la demande sur Canal+ et la BO est également à retrouver sur les plateformes de streaming.

La nouvelle vient de tomber. En 8 jours d’exploitation, la série « Validé » a été vu plus de 10 millions de fois sur Canal+. Félicitation à Franck Gastambide et à son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.