« Le Grêlé »: le tueur en série révèle son identité avant de se suicider

L’ADN vient de le prouver François Vérove est bien le « Le Grêlé », célèbre tueur en série français. On recherche l’homme pour au moins quatre meurtres et six viols commis entre 1986 et 1994. Il y a quelques jours, l’ancien gendarme et policier à la retraite met fin à ses jours le 29 septembre. Laissant une lettre pour avouer ses crimes

Depuis 35 ans, une question subsiste au 36, quai des Orfèvres à Paris: Qui est le « Le Grêlé« ? Qui n’est autre qu’un célèbre tueur en série d’Ile-de-France qui aura sévi entre 1986 et 1994. Cependant, ce mercredi 29 septembre François Vérove met fin à ses jours à son domicile. La brigade criminelle devait l’entendre à ce sujet. À ce sujet, l’ancien gendarme et policier laissera une lettre derrière lui pour expliquer son geste. Et cette fameuse lettre apportera enfin la réponse tant attendu au 36, quai des Orfèvres. 

À LIRE ÉGALEMENT: Une star de TikTok décède à la suite d’une course poursuite avec la police

Dans sa lettre l’homme ne confirme pas explicitement être le tueur en série. Il ne donnera non plus aucun nom de victimes ou de circonstances. Cependant, il explique à sa femme que la police le recherche. Mais également qu’il a eu par le passé des pulsion dont il se sera soigné. Mais jeudi soir, le parquet de Paris confirme officiellement que l’ADN de François Vérove est bien celle du « Grêlé »

L’homme était âgé de 59 ans, marié et père de deux enfants. De 1983 à 1989 il sera notamment Motard de la garde républicaine puis par la suite il sera policier. À sa retraite il deviendra conseiller municipal de Prades-le-Lez. 

« Le Grêlé » est inculpé pour quatre meurtres et six viols. Cependant, la justice reste convaincue qu’il y a plus de victimes. Mais dans sa lettre, l’homme assure à sa femme qu’il n’a commis aucun crime depuis 1994. Même s’il ne sera pas jugé , l’affaire ne sera pas close pour autant. En effet, l’avocat des familles de Cecile Bloch, Karine Leroy et d’une autre victime s’exprime à ce sujet. Il déclare: « Nous allons demander à la justice de continuer à enquêter, pour savoir s’il a pu avoir des complices et pour déterminer le nombre de victimes qu’il a pu causer ».

Comme le rapporte Corinne Hermann, avocate de deux parties civile, le travail d’enquête ne fait que commencer suite à ses révélations et la confirmation ADN. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.